Quel est le taux de CO2 toléré dans les écoles primaires?

6 décembre 2021

Le 8 janvier 2021, le gouvernement du Québec avait rendu public le rapport qu’il avait commandé à un groupe d’experts et de scientifiques sur la ventilation et la qualité de l’air dans les écoles primaires. Cette étude incluait les résultats sur les mesures de dioxyde de carbone dans les écoles et les solutions envisagées pour abaisser ces taux. Mais quel est le taux de CO2 toléré dans les écoles primaires? C’est ce à quoi l’article de blogue suivant tentera de répondre.

Les taux de Co2

Le taux de Co2 se mesure en partie par million (PPM). Un objectif de 1000 PPM a été établi par le gouvernement du Québec. En effet, les experts jugeant que sous la barre des 1500 ppm, la qualité de l’air était acceptable. Santé Canada, de son côté, fixe à 5000 ppm le taux au-delà duquel il y a de véritables risques pour la santé. Au Québec, 40% des systèmes de captation sont mécaniques et 60% sont naturels. Une fois les mesures prises dans les écoles, le gouvernement suit le barème suivant : Sous la barre des 1000 ppm il n’y a aucune action à prendre, entre 1000 et 1500 ppm il faut agir et reprendre des mesures suite à l’action corrective, entre 1500 et 2000 ppm il faut agir rapidement (moins d’un mois) et plus de 2000 ppm, il faut agir immédiatement (dans la semaine).

Des recommandations pour abaisser les taux de Co2

Dans le cas des écoles ventilées de manière naturelle, il est recommandé d’ouvrir les fenêtres et les portes avant le début et après la fin des classes, idéalement en l’absence des élèves et même en période hivernale. Il faut ensuite s’assurer de bien refermer l’ensemble des ouvertures pour prévenir le gel des conduits contenant des liquides, ou encore le blocage de la quincaillerie des fenêtres. Dans le cas des bâtiments ventilés mécaniquement, il faut rehausser le niveau de filtration et améliorer la circulation de l’air. Il faut également maintenir un niveau de ventilation minimum, et ce, en continu et démarrer la ventilation normale au moins deux heures avant le début des cours et la réduire uniquement deux heures après la fin des classes.

Revoir le plan d’entretien des conduits de ventilation

Un système de ventilation propre est une clé pour améliorer la qualité de l’air intérieur des écoles. Il faut donc revoir le plan d’entretien annuel des systèmes de ventilation afin d’améliorer la situation. Des conduits mal nettoyés seront moins performants et devront travailler plus fort pour obtenir un même résultat. Autrement dit des conduits de ventilation sales et encombrés de poussière concourent à la mauvaise qualité de cet air intérieur. Combiné à une hausse de l’humidité, les résultats sur la santé peuvent s’avérer très néfastes.

La qualité de l’air dans les écoles du Québec est très importante. Une meilleure qualité de l’air peut réduire plusieurs problèmes comme l’asthme ou encore les allergies. Il en va de la santé de nos enfants, du personnel enseignant et de soutien.